GRAAL

Guilde des Redoutables mais Amicaux, Aventuriers Ludophiles

Warhammer – Erreur sur la personne 3eme partie

Où la compagnie de Talabheim fait connaissance avec la capitale de l’Empire.

Personnages-joueurs présents :

mars-copie

Mars Orya, elfe monte-en-l’air

helena-copie

Helena Kramer, humaine avocate

lambertus-copie

Lambertus Englander, humain patrouilleur rural et son cheval de guerre Verra

lotte-copie

Lotte Pfaffen, humaine chasseuse

samy-copie

Samy Cruchedor, halfling franc-archer et son canard qui tousse Brogriadoc

durak-copie

Durak Jotunnson, nain spadassin et son poney Haricot

Dans l’épisode précédent

Confrontée aux pires cochers de l’Empire et à une embuscade tendue par des mutants anthropophages, la compagnie de Talabheim arrive à la capitale tard dans la soirée, la salle d’audience close et le prince d’Ostland déjà sur le chemin du retour… Néanmoins, le voyage ne se révèle pas vain pour tout le monde. Lambertus a désormais en sa possession les documents nécessaires pour se faire passer pour l’héritier d’un riche Baronnet du Reikland récemment décédé…

Alors qu’elle erre désormais sans but dans la cité d’Altdorf, Mars retrouve un ami de longue date.


Le chaleureux batelierSchaffenfest

L’homme s’appelle Josef Quartjin et il est batelier. Cela fait vingt ans qu’il navigue le long du Reik pour livrer des marchandises de villes en villes, entre deux chopines vidées en compagnie de Mars, à la Taverne des Bateliers. C’est d’ailleurs dans cette dernière (qui, niveau prestige, se situerait dans la moyenne basse des débits de boisson d’Altdorf) que Josef invite Mars et Lambertus.

Il leur parle du Schaffenfest, une grande foire organisée à Bogenhaffen, une ville commerciale située à quelques kilomètres à l’ouest d’Altdorf et où Josef a l’intention de se rendre pour affaire dans deux jours. L’évocation de cette cité interpelle immédiatement Lambertus car c’est là bas que se trouve l’héritage des Lieberung auquel il pourrait prétendre.
Pendant ce temps, Samy, Lotte, Durak et Héléna prennent du repos à l’auberge-relais des Sept-Rayons, à une poignée de kilomètres de là .
Le lendemain matin le groupe est enfin réunis sur la Koningplatz d’Altdorf et tout le monde peut faire la connaissance de Josef. Le batelier et Mars en profite pour faire visiter la capitale à leurs camarades. L’occasion de faire quelques courses.

Durak et le saint marteau de Sigmar

sigmarhammerDepuis la découverte du cadavre de la prêtresse de Sigmar, Durak est en possession d’un marteau de guerre en or gravé du symbole de la comète sacrée.

Respectueux des valeurs de l’église de Sigmar, qui a scellé le destin des hommes à celui des nains pour l’éternité, Durak a l’intention de profiter de cette journée pour rapporter cette arme sainte à la cathédrale d’Altdorf.
A l’intérieur du bâtiment il fait la connaissance d’un prêtre-érudit qui se montre affecté par la mort de la prêtresse.

Extrêmement reconnaissant par l’honnêteté du nain et convaincu de sa piété envers son dieu, il lui fait cadeau du marteau avant de lui faire jurer qu’il ne s’en servira uniquement pour défendre les valeurs de Sigmar.

Après leur journée tourisme et lèche-vitrine, la compagnie se donne rendez-vous sur les docks à la Taverne des Bateliers. Tout le monde prend connaissance de l’existence du Schaffenfest et décide que le retour à Talabheim pourrait bien attendre le temps d’un détour par Bogenhaffen. D’autant plus que Josef propose une rémunération tout à fait honnête à ceux qui accepteront de l’aider à tenir son stand au cours de la foire.

Max le caà¯d

Alors que la soirée s’écoule dans la bonne humeur, l’irruption d’un nouveau groupe de clients fait retomber l’ambiance : un homme en armure de cuir noire, accompagné d’un couple de nobles et de quatre hommes de mains. A peine ont t-il posés le pied dans l’établissement que le silence se fait et les regards se dérobent.
«C’est Max Ernst…, souffle Josef. Une crapule de spadassin qui se croit tout permis. Sa bande contrôle les docks.»
Max et sa bande se comportent effectivement avec toute l’arrogance de ceux qui se savent craints. Exigeant à boire gratuitement, se servant dans les assiettes des autres clients et menaçant de leurs poignards quiconque les regarde de travers. Le couple noble se montre tout particulièrement méprisant. Après avoir ouverts une bouteille de cognac bretonnien hors de prix, ils s’amusent à recracher le breuvage au visage de ceux qu’ils trouvent les plus laids.
Leur attention se porte rapidement en direction de Durak et Samy ce qui ne tarde pas à déclencher une bagarre.

baston

Les tables sont renversées, les hommes de main de Max dégainent leurs armes et tentent de faire la peau aux aventuriers. Pendant que Samy est poursuivi par deux hommes de mains que Durak tente de ralentir à l’aide de son gourdin, Lambertus dégaine son pistolet et s’en sert pour menacer le couple de nobles qui se réfugie derrière le bar. Mars quant à elle, se retrouve face à Max dans un duel à l’épée. Alors que ce dernier s’apprête à lui porter un coup fatal à la gorge, le guet de la ville surgit dans la taverne.
Max ordonne à ses hommes de prendre la fuite. Les clients et le personnel de la taverne prennent la défense de la Compagnie de Talabheim, impressionnés par le fait qu’ils aient tenus tête au caïd du quartier. La foule est rapidement dispersée et les aventuriers prennent le chemin de la péniche de Josef, le Berebeli, où ils doivent passer la nuit.

Les ombres du quartier des docks

La nuit est désormais bien avancée, seules quelques tavernes sont encore ouvertes et accompagnent de leur chaleur et de leurs rires le son du Reik qui s’écoule.
Longeant les docks en direction du Berebeli, le groupe est interpellé par Samy. Celui-ci prétend avoir entendu des bruits de pas les suivre depuis trop longtemps. Il conseille à ses camarades de se cacher dans une ruelle et d’attendre que les suiveurs arrivent pour les surprendre. Quelques minutes plus tard, alors que les bruits de pas se rapprochent, deux sifflements se font entendre, puis plus rien.
En quittant leur cachette, le groupe découvre les cadavres des deux individus ayant essayés de communiquer avec Lambertus par gestes codés hier. Ils ont été abattus par des carreaux d’arbalète. La femme a été touchée à la gorge et l’homme dans l’abdomen. Selon Samy, l’assassin est en train de s’éloigner par les toits.
Josef insiste pour rentrer immédiatement à la péniche, le groupe acquiesce rapidement.

En plus de Josef, la péniche est habitée par ses employés, Wolmar et Gilda, ainsi que leur petite fille Elsa mais il y a quand même de la place pour loger tout le monde.

Le lendemain, le groupe se rend compte que la ville est en effervescence. Un groupe d’étrangers est recherché, soupçonné d’avoir assassinés un homme et une femme cette nuit. L’équipage se met en branle, Joseph ordonne que l’on prépare la péniche pour partir dès maintenant en direction de Bogenhaffen. Mars laisse faire ses camarades pendant qu’elle va enterrer le trésor des Quatre Saisons aux abords de la ville.
Première étape du voyage : la petite ville de pêcheurs de Weissbruck.

A suivre…

L’image de la baston est issue de la bande dessinée Arthus Trivium, de Raule et Landa.

2 Comments

  1. LA FAMEUSE escale des milles tentations !
    Et puis il y a l’échange de bock primordial, avec le sympathisant de Weissbruck.

    Du coup en lisant le résumé, on dirait que je suis un salaud, ayant eu aucun remords de se soumettre à l’idée d’usurper l’identité d’autrui pour l’appât du gain… J’me voyais plus tourmenté à cette idée.

    Talabheim, pour toujours … ohoh !

    • Bendir

      12 avril 2016 at 21 h 59 min

      Tu as raison, j’ai bien remarqué que Lambertus s’est montré assez modéré et songeur face à cet évènement. J’aurais pu mettre ce trait de caractère plus en avant.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 GRAAL